Il s’agit d’une marche organisée par le Commandement Militaire de la Province de Liège. Forcément, cela se passe donc en semaine !
Quoi qu’il en soit, ce qu’il faut en retenir, c’est qu’il s’agit de la 9ème édition d’une marche, un peu comme l’équivalent de la Marche du Souvenir en province de Luxembourg, qui chaque année met à l’honneur un des forts de la région liégeoise. Et il y en a un paquet ! Cette année, c’est le tour du fort de Barchon.
Vu le nombre de militaires présents, la première idée qui vient à l’esprit, c’est que ce pas vraiment une marche pour tout le monde. Détrompez-vous ! Même si cette marche qui se déroule sur deux jours a été créée par des militaires pour des militaires, les civils y sont les bienvenus et s’ils n’y sont pas nombreux, du moins ce matin, c’est tout simplement parce que cela se passe un jeudi et vendredi ! D’un autre côté, pour les militaires, ils n’ont pas vraiment le choix : cela fait partie de leur entrainement, ils doivent effectuer au moins une marche de 32 km dans l’année !
DSC01136.JPG
J’arrive sur place le jeudi matin. Je me mets en route, semblant de rien, vers 07:45 pour 32 km.
DSC01143
Cela démarre « fort ». On attaque directement par la montée du terril de Blégny-Mines. J’ai déjà fait quelques marches dans le coin, jamais encore je n’avais été confronté à cette escalade ! Et c’est bien dommage, car elle en vaut vraiment la peine et du haut du terril, la vue est imprenable.
DSC01144
Petit passage par les champs, le long du Rau de Bolland, en passant par quelques échaliers. Ce sont des portillons métalliques permettant aux randonneurs de passer d’un champ à un autre tout en empêchant le bétail de passer.

DSC01149
DSC01216
J’égrène la liste des villages traversés….Leval…. La Boulhaye… Housse….et Barchon et son fort.
DSC01157
J’y arrive au moment où une cérémonie se déroule avec un groupe d’écoliers. C’est bien. Cela fait partie du « Devoir de Mémoire » que nos forces armées tentent elles aussi de transmettre aux jeunes.
Vient ensuite la traversée du fort.
DSC01159
DSC01161
Pas grand-chose à y voir sur le trajet, il faudra donc que je revienne pour une visite un peu plus complète.
DSC01170
Après un premier contrôle, nous en ressortons par où nous sommes entrés pour continuer vers le nord par les bois, en direction de Argenteau. Le parcours est plaisant, sans difficultés majeures. Et tant mieux, car le soleil est au rendez-vous.
DSC01181
A Wixhou, second contrôle. Ou plus exactement, second ravitaillement car de contrôle, il n’y en n’a pas vraiment. La suite de l’itinéraire se déroule un peu plus à découvert et nous emmène vers le sud de Richelle avant de bifurquer vers Dalhem.
DSC01187 (2)
Nous y reviendrons après une grosse boucle autour de Nelhain. Chenestre… La Haussée… Saint-Remy…
Au loin, le terril et ses bâtiments nous indiquent que nous approchons du but. Ce n’est pas moi qui m’en plaindrai, car le soleil commence à fameusement chauffer. J’ai les mains et le visage couleur écrevisse.
La fin de parcours se déroule dans les champs, en passant de nouveau par de nombreux échaliers.
Depuis le début du parcours, rien à reprocher à l’organisation : le fléchage est impeccable, les sites traversés sont bien choisis et le ravitaillement irréprochable.
DSC01203
DSC01205
A l’arrivée, je suis accueilli par le sergent Gatez, sous-officier de réserve grâce à qui j’ai eu connaissance de cette marche.
Le temps d’aller me rafraichir et de me changer au mobilvouac, et me voilà à la cantine pour y déguster quelques chopes en sa compagnie.

DSC01212Je passe ensuite un peu de temps sur le domaine de la mine pour y acheter un petit souvenir de mon passage dans le coin et y déguster LA bière de circonstance, avant d’aller faire un tour à Dalhem pour y manger un morceau dans une friterie.
Ensuite, retour au camp et à la cantine pour y finir la soirée. J’en profite pour y rédiger le compte-rendu de la journée.
21:30… Je rejoins le mobilvouac pour une nuit de repos bien méritée.
05:30… Réveil, débarbouillage, et petit déjeuner. J’ai les mains et le visage cramés. Inutile de me barbouiller de crème solaire, elle est périmée. J’ai donc peur qu’elle ne fasse l’effet contraire sur ma peau.
Aujourd’hui, j’ai prévu de faire le parcours des 18 km. D’abord, parce que je n’aime pas faire deux fois le même chemin, et ensuite parce que je fais prendre l’air à mon berghaus militaire. 32 km avec 16 kg sur le dos, j’ai peur que ce soit un peu trop ! Faut pas abuser des bonnes choses. 😉
Pour diminuer un peu l’exposition trop importante au soleil, je prends la route vers 07:15 au lieu de 08:00.
DSC01218
Le début du parcours est le même que celui de la veille jusqu’au fort de Barchon.
Seul souci, j’avais pas pensé aux fameux échaliers en endossant mon sac à dos et je m’aperçois rapidement que le passage de ces portillons est parfois impossible. Il faut donc que je l’enlève, que je le passe de l’autre côté des barbelés avant de passer moi-même. C’est pas vraiment évident quand on marche seul.
Tant pis, cela prendra le temps qu’il faut, mais on y arrivera.
La séparation des 18 km a lieu dans le Vert Bois et là, il faut bien avouer qu’on entre dans la partie la plus difficile de la journée. Une côte encore plus raide que celle du terril de Blégny.
DSC01240
Chance pour moi, et pour les autres aussi je suppose, il n’a pas plu la veille, car au vu des coulées de boue dans certains villages traversés et au bas des collines, je n’ose même pas imaginer dans quel état se trouverait le chemin après le passage de centaines de personnes la veille. Bref, je suis content d’arriver en haut. Au détour d’un chemin, la maintenance est présente pour remplacer des balises disparues. Cela arrive.
DSC01231
Retour vers Housse… Hergicourt… détour par le sud vers Booze et remontée vers le nord en direction de Blégny que nous avons de nouveau en point de mire.
Comme ce matin, les échaliers encore plus nombreux sur la fin du parcours me posent quelques soucis et nécessitent de fréquentes manipulations de sac.
Même si certains sont nettement plus faciles à passer que d’autres. Mais c’est rare!
DSC01243
L’arrivée est heureusement accueillie. Le verre d’eau, et la chope qui suit directement, aussi ! Après le changement de tenue, je retourne vers Barchon en voiture. On m’avait dit ce matin que le fort pouvait se visiter cet après-midi, hélas, ce n’est pas le cas. Dommage que l’association qui s’en occupe n’ait pas été mise au courant de la marche et du passage dans le fort de centaines de marcheurs. Peut-être qu’une visite du site aurait pu être organisée. Tant pis, ce sera pour une autre fois.
Retour au camp de base ou j’apprendrai que près de 1400 marcheurs ont participé à ces deux journées dont une grosse majorité de militaires en provenance du 4ème Génie d’Amay, du 12/13ème de Ligne de Spa, du 1/3ème Lanciers de Marche-en-Famenne, du 2 Commando de Flawinne, des pompiers, des policiers, etc.
Le temps de boire un dernier verre avec mon ami le sergent et me voilà reparti.
J’ai vraiment passé deux excellentes journées et je reviendrai très certainement l’année prochaine pour fêter la 10ème édition qui, selon les organisateurs, nous réservera pas mal de surprises.